Belles surprises au Festival des FabLabs à Toulouse

Vous n’étiez-pas à Toulouse les 9 et 10 mai 2015 ? Dommage ! Comme plus de 5 000 visiteurs, pendant les deux journées tous publics, vous auriez pu découvrir plusieurs facettes – parfois inattendues – de ce que l’on peut découvrir dans un FabLab. Une cinquantaine d’entre-eux dévoilaient leurs activités et leurs projets.

Une première vraie surprise : de l’impression 3D de photos, restituant un relief selon les différences d’ombres et de lumière… Finalité : par exemple, des visuels à poser sur une table lumineuse… d’où, pourquoi pas, imaginer des « peintures murales lumineuses personnalisées »… Cà marche avec des visages, des paysages…

BioFabLabs… et plus
Le festival des Labs était aussi, pour partie, jardinier et « bio-écolo »…. Avec un atelier du petit biologiste. Oui, un BioFabLab, cela existe. Quelles applications ? Par exemple du papier de bactérie… c’est solide, ce n’est pas une blague, mais c’est encore en cours d’optimisation au FabLab de Toulouse.
Ou alors, quelques stands plus loin, les aliments du futur à base des microalgues spirulines. C’est bizarrement vert en apparence, mais mangeable, et paraît-il très bon à la santé.
Sur un autre stand : un mini-potager (cf. https://www.urbanpotager.com).
Plus loin, une culture en aquaponie (petits poissons inclus), et ailleurs encore, une culture de champignons, ou des jardins partagés…

Maquette 3D collective… et plus
Plus classique : au fil stands, des imprimantes 3D, de marques et tailles diverses, de toutes les couleurs, et qui impriment dans toutes les couleurs. Ma préférée ? La petite « Up Plus 2 ».

Intéressant : un projet collectif incitait les stands du festival disposant d’une imprimante 3 D à imprimer chacun un bâtiment, ou même un quartier de Toulouse, pré-modélisés sur le logiciel 3D Blender. Pour quoi faire ? Chaque élément imprimé était ensuite collé sur une plaque de polycarbonate gravée au laser (reproduisant le plan cadastral) pour reconstituer une maquette imprimée 3D de la cité rose… Le projet a failli réussir… si la poussière, les courants d’air et autres contre-temps n’avaient pas mis des grains de sables dans les rouages des extrudeurs.

Pour la découpe laser : un stand d’accueil en travail d’architecture très… recyclée, en carton ?? Difficile à expliquer

IMG_2429
Un robot artiste, des bijoux, un DroneFest et FlyLab…. Et plus
Non loin de là, Drawall, un petit robot artiste qui escalade le mur pour dessiner tout seul !

Dans l’atelier d’Artilect, le FabLab de Toulouse, çà découpe au laser, des boomerangs qui impressionnent les papas et leurs fistons, mais aussi Magdalena qui a ravi les petites filles, les adolescentes, leurs mamans et leurs grands-mères avec ses découpes et gravures sur cuir. « C’est fou, je n’aurais jamais cru être capable de faire cela à mon âge ! » se sont extasié les participantes…

Y’a de l’idée à creuser (çà, c’est pour bientôt)…

Un autre atelier proposait une « Fabrik aux Grigris », pour proposer aux enfants de dessiner sur des poupées avec des tampons encreurs dessinés sur informatique et découpés ensuite au laser dans une gomme.
Et évidemment, des drones, en action durant un DroneFest, ou encore des ateliers animés par le FlyLab, le tout dans une « volière à drones » !

Côté stand LabSud, en démo…
. au-dessus : une nacelle sous un gros ballon captif (gonflé à l’Hélium), supportant une caméra en partie mobile. Au sol : des visiteurs qui se sont bien amusés à comprendre comment ils pouvaient avoir une vue aérienne de tout le site du festival depuis des lunettes sur leur nez… Merci Bluetooth ;
. la toute dernière Imprimante « I 3D estampillée « LabSud », dérivée de Graber… conception François Fabre…
. et plein de surprises pour le public.

Du Blabla… et beaucoup plus
Le festival, c’est aussi… des incubations de projets à soutenir, une multitude de conférences et d’ateliers, dans tous les domaines… des drones aux scanns 3D, du laser à la décoration et à la programmation avec Python, en passant par l’impression typographique et l’électronique, bien sûr.

Ou la marionnette robotisée Poppy à manipuler par servomoteurs.

Et des présentations de projets (jusqu’en Afrique !).
A noter : un projet de formation universitaire d’ « animateur de FabLab », qui serait, au final, plutôt un « facilitateur » qu’un pur manager.
Une conférence « 3 D FoodPrinting for Deep Space Missions » par un inventeur/chercheur qui travaille avec la NASA : un vrai show à l’américaine, dramatisé à l’extrême, pour expliquer comment on va pouvoir apporter des nutriments aux cosmonautes, notamment sous forme de pizzas imprimées en 3 D… et dans cette même veine, il a parlé de projets qui mijotent pour gérer les excédents de nourriture sur la planète. De la science fiction… à écouter – en anglais, si vous trouvez une vidéo. Ca vaut son pesant d’imagination… pas logique du tout, selon moi, et very very crasy… mais il semble y croire…
La voix d’Obama…
Pour épater tout le monde : un extrait de la voix du président Obama imprimée en 3D, protégée dans un grand tube, donnée à voir comme une oeuvre d’art. Très fier, le gars qui a imaginé cela : il a sa photo – avec le Président des USA – à la Maison Blanche…

LA méthode, peut-être, si vous voulez vous faire une promo internationale…

Enfin, pour délier les langues (justement), les idées, et partager les projets : un Fabcafé « archicool ».
Alors, à quand un FestLab à Montpellier ?
Bon, il faut prévoir :
. un local (très grand de préférence), pour placer tout le monde, surtout si vous prévoyez une volière à drones ;
. du temps, beaucoup de temp (plusieurs mois)… pour tout préparer;
+ des bénévoles : beaucoup, beaucoup, pour tout assurer… En passant, un très grand bravo aux équipes de Toulouse !

Odile Maillard
Pour en savoir plus :
. des vidéos en ligne sur http://fablabfestival.fr/ pour les éditions 2011, 2012, 2013 et 2015 + . la WebTV sur https://www.dailymotion.com/webtv-fablab